Rhume, grippe... est-ce contagieux chez le chien et le chat

Chiens et chats peuvent souffrir d’affections respiratoires s’apparentant à ce que l’on appelle des rhumes. Certaines maladies sont spécifiques à chacune des espèces, et d’origines différentes. Entre les espèces, les animaux peuvent se contaminer. Les virus évoluant, il apparaît désormais que certaines souches de grippe peuvent passer de l’Homme à l’animal.

Rhume, grippe, affections respiratoires : est-ce contagieux chez le chien, le chat et les NAC ? - Maladies et prévention - Chien
Rhume, grippe... est-ce contagieux chez le chien et le chat - Tous droits réservés

Le coup de froid : un rhume propre aux animaux

Chiens et chats ne sont pas à l’abri d’un coup de froid. Une infection respiratoire peut alors se déclencher.

L’appareil respiratoire supérieur peut être affecté : gorge, narines, trachée, larynx. Bronches et poumons peuvent aussi être atteints par des infections respiratoires.

Une contamination par des bactéries et/ou des virus (car ces infections sont le plus souvent le fait de contamination mixte) peut imposer un traitement vétérinaire dont la prise en charge est possible par l’assurance santé animale dès lors que le maître a souscrit ce type de contrat pour son compagnon.

Ce type d’affection respiratoire est propre aux animaux (chats entre eux, chiens entre eux).

Des signes inhabituels doivent inciter le maître à consulter : éternuements, écoulements nasals, yeux rouges, toux, abattement, fièvre

Pris en charge rapidement après que le spécialiste de la santé animale ait posé son diagnostic, et avec un peu de repos et quelques précautions, l’animal guérira très vite. Toute automédication est à éviter absolument.

Il est plus facile bien souvent de 'confiner' le chat à l’intérieur que le chien qu’il faut sortir pour ses besoins hygiéniques. Les promenades seront donc de courte durée.

Un manteau pourra être enfilé aux animaux les plus fragiles. Par temps humide, un bon séchage au retour à la maison est conseillé.


Coryza chez le chat, toux de chenil chez le chien : des vaccins pour protéger


A H1N1 en 2009 dans les Bouches-du-Rhône. Ce cas a été confirmé à l’époque par Didier Houssin, directeur général de la santé, lors d'un point presse sur l’pidémie de grippe A H1N1.

Et il n’est pas isolé à travers le monde. Le premier cas documenté est un cas mortel de transmission humaine à un chat du virus de la grippe pandémique H1N1 signalé la même année dans l'Oregon.

« Le propriétaire du chat atteint avait dû être hospitalisé et alors qu’encore à l'hôpital, son chat, sans exposition à d'autres personnes malades, était décédé d'une pneumonie causée par une infection au virus H1N1 », nous apprend un article publié dans la revue scientifique Veterinary Pathology.

Au total, « les chercheurs auraient identifié 13 chats et 1 chien atteints d’infection à H1N1 en 2011 et 2012 ». Des cas d’infection  transmise par l'homme.

A l’inverse, le virus du sous-type H3N8 que l’on a pu rencontrer chez des chiens ne représenterait pas un danger pour l’Homme. En janvier 2004, en Floride, 22 chiens participant à des courses de lévriers ont été victimes d’une affection respiratoire. Huit sont morts. « Les analyses ont révélé qu’ils avaient été infectés par un virus similaire au H3N8, responsable de la grippe équine », expliquait un article de la revue Science.

Un virus ne présentant pas pour sa part de danger pour l’Homme. Contrairement aux virus issus des sous-types H7 et H5.

Le virus H5 : c’est de lui dont il a été fortement question en France en 2005 et qui a concerné des chiens et des chats.

Le virus H5N1 a au départ été détecté chez des oies en Chine (1996). Il a également été identifié comme responsable de la mort d’un chien en Thaïlande ; ce dernier avait ingéré un canard contaminé. Un chat porteur du virus H5N1 est par ailleurs décédé sur l’île allemande de Rügen, en mer Baltique.

Il ne faut tout de même pas s’alarmer outre mesure. Car si des cas ont bien été répertoriés, ils restent rares à travers le monde. Mais de toute évidence, les virus évoluent sans cesse.

Quoiqu’il en soit, quand on connaît son compagnon et qu’il présente des symptômes ou un comportement inhabituel, mieux vaux ne pas hésiter et prendre rendez-vous chez le vétérinaire.


SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien et chat 

Photos : 123rf

À propos de l'auteur

Claude Pacheteau